Using Animal Retribution Fiction for the Promotion of Environmental Awareness: the Case for a Reinterpretation of Daphne Du Maurier's "The Birds" - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Article Dans Une Revue E-rea (Revue électronique d’études sur le monde anglophone) Année : 2021

Using Animal Retribution Fiction for the Promotion of Environmental Awareness: the Case for a Reinterpretation of Daphne Du Maurier's "The Birds"

(1)
1

Résumé

In the search for effective means of representing and conveying the urgency of the environmental crisis facing humanity in the coming decade, not all images hit the mark with the same forcefulness. Al Gore's phrase "An Inconvenient Truth", for instance, strikes one's imagination far less than the "house on fire" metaphor popularized by French President Jacques Chirac and Swedish activist Greta Thunberg. Another powerful image is to be found in Daphne Du Maurier's allegorical novella "The Birds" (1952), which focuses on a small Cornish community's fight for survival when organised hosts of winged creatures take to killing humans in the wake of a sudden climate change. Not only is that story visionary in its suggestion that self-sufficiency and degrowth are more viable or sustainable than current economic systems, but it offers us today a striking metaphor for the catastrophic backlash that humanity needs to avoid. Du Maurier thus creates a frightful tale of animal retribution in which preys are suddenly turned into predators, and human beings need to face the implacable anger they have aroused if they wish to prevent a sort of Silent Spring (Rachel Carson) in reverse.
Quand on cherche un moyen efficace de représenter et de communiquer l'urgence de la crise environnementale à laquelle l'humanité va être confrontée dans la décennie qui s'annonce, il apparaît que toutes les images ne se valent pas en termes de puissance évocatrice. Ainsi, la « vérité qui dérange » d'Al Gore saisit beaucoup moins l'imaginaire que la métaphore de la « maison qui brûle », popularisée par Jacques Chirac et la militante suédoise Greta Thunberg. Une autre image puissante se trouve dans la nouvelle allégorique de Daphne du Maurier, « Les oiseaux » (1952), qui met en scène le combat pour la survie d'une petite communauté cornouaillaise attaquée par des armées de volatiles meurtriers à la suite d'un brusque changement climatique. Non seulement cette nouvelle est visionnaire dans sa démonstration que l'autosuffisance et la décroissance sont plus viables que les systèmes économiques actuels, mais elle nous offre aujourd'hui une métaphore saisissante des catastrophes naturelles auxquelles l'humanité va être confrontée. Du Maurier crée ainsi un récit effrayant de vengeance animale, où les proies se muent en prédateurs et où l'humanité doit faire face à la colère implacable qu'elle a suscitée si elle veut empêcher une sorte de Printemps silencieux (Rachel Carson) à rebours.
Fichier principal
Vignette du fichier
erea-12148.pdf (242.64 Ko) Télécharger le fichier
Origine : Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Dates et versions

hal-03261656 , version 1 (12-08-2021)

Identifiants

  • HAL Id : hal-03261656 , version 1

Citer

Xavier P. Lachazette. Using Animal Retribution Fiction for the Promotion of Environmental Awareness: the Case for a Reinterpretation of Daphne Du Maurier's "The Birds". E-rea (Revue électronique d’études sur le monde anglophone), 2021, 18 (2). ⟨hal-03261656⟩
66 Consultations
84 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More